Samedi : C'est un petit matin, je me lève avec un mal de crane terrible, il n'y a plus de céréale, ni de café, et je ne compte pas aller faire les courses maintenant. Je me pose sur le canapé et analyse la soirée d'hier passé avec mes futurs colocs. C'est définitif je ne pourrais pas habiter avec ces personnes. Ils sont très gentil, mais il y a des tonnes de trucs qui ne sont pas passé. J'ai passé le repas a chercher une escuse pour fuir, et il y a mieux pour commencer une vie commune. Retour à la case départ, et dans 4-5 jours je dois liberer ma chambre. 

Ma famille et mes amis me manquent, c'est samedi soir. J'adorais commencer par un apero en famille, au coin de la cheminée, passer à table, parler de tout et de rien et rire. Puis aller rejoindre mes amis, refaire le monde avec eux et rentrer tard, et Je crois que j'ai un peu le mal du pays. J'aimerais pouvoir leurs parler plus souvent, les entendre, les voirs. Ils me manquent. Et dans ces moments la j'adorerais serrer ma chienne contre moi, elle sait quand sa maman n'est pas bien. Il est 20 heures, je vais prendre deux cachets de Tylenol nuit extra fort et regarder les annonces de benevolat et d'emplois jusqu'a ce que je m'endorme doucement ... 

J'ai une chance extraordinaire de pouvoir faire ce PVT, je compte bien profiter de chaque instant .. 

Vendredi : Je change d'approche et passe au Tylenol, par pitier faites que ça me fasse passer une nuit correcte ... Petite après midi ballade et chocolat chaud entre PVTistes ( tu vois tu as beau connaitre des gens depuis une semaine, y'en a certain qui savent tout de suite de quoi tu as besoin pour te remettre sur pied )

Photo-0001

Petite surprise en sortant de l'appartement ( après une heure ou deux ), il neige a Montrèal !

Malgrès ma grippe, j'en suis ravie !

Photo-0002_1 Photo-0003_1 Photo-0004_1