Me voila donc à l'aéroport. A scruter chaque visage, en espérant, peut être, tomber sur une personne que je connaissais. Faire comme dans les films " Holy shit tu va a Montréal ? Moi aussi, quel quartier ? Moi aussi ... "

Ce ne fut pas le cas, Il n'y a que moi et mes 45 kilo de bagages. Un dernier regard derière soi, des parents inquiets, 12heure : salle d'embarquement, 13h15 : petite navette, 13h40 : gros avion. Au bout de quatres heures le couple assis a coté de moi a besoin d'un stylo,je leur tends mon super stylo " Sale et sucre eurl 90000 Belfort " qu'un collègue m'avait offert à Visteon. Bonne surprise, ils sont de Besancon. Le monde est petit, sur les 250 personnes de cet avion, c'est eux qui ont besoin d'un stylo. . Discutions, mini sieste, collation, discutions, mini sieste collation. Très peu de perturbation, une vue imprenable. Etre coté hublo c'est le pied, tu ouvres les yeux et tu as la tête dans les nuages.

Le temps pour nous de descendre de l'avion, de faire la queue à la douane, et à l'immigration 2 heures de plus s'écoulent. Au alentour de 18h30 j'arrive en taxi à ma colocation. Cela fait pas loin de 24 heures que je suis levée, je fais connaissance avec mes deux colocs, je prends une douche bien mérité, et vais me coucher.

Les deux jours suivant, je me remets du décalage horaire, (la légende veut qu'on rattrape une heure par jour, ce qui veut dire que dans une semaine je serais opérationnelle) je defait mes valises, et je visite doucement le quartier saint Henri.

Photo-0008  DSC_0311  DSC_0335